[TÉMOIGNAGE] Erwan Tonnerre, co-président de Savoir-faire des îles du Ponant et éleveur d'ormeaux sur l'île de Groix

SAFIP : Pouvez-vous nous présenter votre activité ?

Erwan Tonnerre : Nous avons commencé notre activité en 1996 par de l’affinage d’huîtres en viviers. Je suis biologiste marin de formation et c’est à partir de 2007 que j’ai pu commencer l’élevage d’ormeaux en circuit fermé. En Bretagne nous sommes deux éleveurs, un à Plougarneau et nous à Groix. A Plougarneau il fait son élevage en mer dans des casiers et à Groix nous faisons ça à terre dans des bassins pour permettre un suivi quotidien notamment sur la qualité d’eau. Notre travail consiste donc à surveiller nos coquillages et leur bien-être. Nous collectons également des algues autour de l’île pour nourrir les ormeaux. Nos naissains d’ormeaux et d’huîtres viennent de mon entreprise en Irlande, les huîtres sont mises sur des parcs en Irlande puis viennent en affinage pendant 6 mois à Groix. Les bébés ormeaux viennent à Groix une fois stabilisés donc après 6 mois/1 an. Nous avons une boutique ou nous vendons principalement des ormeaux (70% du chiffre d’affaires) sous plusieurs formes comme les rillettes, les conserves mais également sous vide pour les particuliers. Nous vendons principalement les huîtres et les ormeaux vivants pour des restaurants français et européens.

SAFIP : Depuis combien de temps avez-vous lancé votre activité ?

Erwan Tonnerre : L’entreprise est née en 1996 et l’élevage d’ormeaux depuis 2007.

SAFIP : Pourquoi avez-vous décidé de vous installer sur Groix pour lancer votre activité ?

Erwan Tonnerre : J’ai travaillé en Irlande pour mes études et je suis revenu sur Groix, ma famille est originaire de l’île et c’était pour moi un retour aux sources. Il y a aussi forcément la potentialité biologique de faire de l’élevage d’ormeaux sur l’île qui a joué. C’était donc un projet faisable biologiquement, économiquement et qui me permettait de revenir à mes origines.

SAFIP : En quoi l’île de Groix vous inspire dans votre travail?

Erwan Tonnerre : L’île m’a surtout inspiré pour me lancer dans ce projet dans la mesure où, même si Groix ne bougeait pas encore vraiment à l’époque, j’ai senti un potentiel touristique à venir et le développement de l’île.  Les qualités d’eau de l’île et ses ressources en algues sont également idéales pour l’élevage de ce coquillage spécifique.

SAFIP : Pourquoi avez-vous adhéré à l’association Savoir-faire des Iles du Ponant ? 

Erwan Tonnerre : Pendant 20 ans j’ai été Président de l’association des Producteurs de l’île de Groix et au sein de l’association, on a vite compris que se regrouper permettait d’avoir plus de pouvoir au niveau de la Compagnie Océane, de l’Etat et des mairies mais également plus d’idées. Étant proche de l’Association des Îles du Ponant (AIP), j’ai compris qu’il y avait du potentiel sur les autres îles pour pouvoir se regrouper. 

SAFIP : Qu’est ce que vous apporte l’association dans la pratique de votre activité ? 

Grâce à son réseau, l’association permet d’établir  un échange avec des collègues d’autres îles comme Coquillages de l’île de Sein mais également avec des adhérents d’autres secteurs d’activité ce qui nous permet d’avancer sur certaines problématiques. 

SAFIP : Comment imaginez-vous l’évolution de Savoir-faire des Iles du Ponant ?

Erwan Tonnerre : J’aimerai que l’association prenne de l’ampleur, qu’on puisse proposer d’autres services comme une boutique en ligne ou encore des “paniers insulaires” avec différents produits des adhérents par exemple. Je souhaiterai également qu’on soit de plus en plus nombreux pour que nos spécificités insulaires soient entendues.